8 mars 2017

Interview Marie-Hélène Quemener, Directrice de l’IFRIA Bretagne

« Les entreprises intègrent de plus en plus l’informatique, le numérique et la robotique dans leurs process »

Quels sont les besoins des entreprises en compétences dans l’agroalimentaire aujourd’hui et quelles réponses apportez- vous ?

« À tous les niveaux, de l’opérateur au manager d’équipe, les entreprises nous font part de leurs besoins sur les métiers de production et de maintenance. Il s’agit à la fois de manager des équipes dans une filière innovante tout en proposant des parcours professionnels épanouissants. C’est justement cette notion de parcours que nous valorisons à l’IFRIA Bretagne dès l’entrée du jeune en apprentissage. En tant que CFA de la filière alimentaire, nous proposons à près de 330 apprentis des formations du CAP au diplôme d’ingénieurs qui correspondent parfaitement aux besoins des entreprises. Jeunes et entreprises plébiscitent l’excellence de la pédagogie de l’alternance. 96 % de réussite aux examens en 2016 et 90 % en emploi à la sortie de la formation.

On sent aussi émerger de nouveaux besoins de la part des entreprises dans l’intégration de manager commercial, l’IFRIA Bretagne propose donc dès 2017, un nouveau parcours de formation en apprentissage : Licence Pro Commerce et Distribution par apprentissage. En parallèle, le Pass’Ifria nous permet d’accompagner les salariés tout au long de leur parcours, de leur intégration à l’évolution de leurs compétences. Devant le succès de ces formules en formation continue, nous avons décidé de les proposer aussi par la voie de l’apprentissage. »

 

Face aux nouvelles technologies qui se développent en agroalimentaire quelles formations/métiers et quels profils sont attendus pour ces postes ?

« Les entreprises intègrent de plus en plus l’informatique, le numérique et la robotique dans leur process. Tous les emplois sont impactés et il apparait nécessaire d’accompagner et de former les (futurs) salariés. Les entreprises attendent, certes, une certaine forme de spécialisation technique, mais aussi la capacité pour les futurs collaborateurs à former et transmettre leur maîtrise du numérique auprès des salariés déjà en poste. De l’accompagnement au changement avec le Pass’Compétences, aux formations en management de la production ou en logistique (Licences), les entreprises de la filière alimentaire recherchent des collaborateurs motivés, capable de relever les nouveaux défis technologiques. En cela, ils seront accompagnés par les entreprises et l’IFRIA Bretagne ! »

 

Vous lancez un BTS maintenance offrant une double particularité : alternance et agroalimentaire. Pourquoi ce projet et pour quels profils ?

« Il s’agit en fait d’un développement d’une formation extrêmement demandée par les entreprises. En effet, depuis 2000, nous proposions déjà un BTS Maintenance agroalimentaire à proximité de Rennes. Les demandes des entreprises étaient telles que nous avons souhaité mettre en œuvre un second parcours à Quimper. Nous répondons ainsi aux besoins de la filière sur les deux territoires agroalimentaires les plus importants de Bretagne. Les profils techniques (Bac Pro Maintenance, Electrotech, ELEEC, … et Bac STI) motivés par la variété des missions et surtout par les nouveaux enjeux liés au numérique et à la robotique sont particulièrement recherchés par les entreprises. »

Propos recueillis par N. Hennebique